Manifestations au Soudan: le président appelle à recourir “moins à la force”

Le président soudanais Omar al-Béchir arrive pour une rencontre avec les hauts responsables de la police à Khartoum, le 30 décembre 2018 | AFP | ASHRAF SHAZLY

Le président soudanais Omar al-Béchir a appelé dimanche la police à s’abstenir de recourir à une force excessive contre les manifestants, à la suite de protestations antigouvernementales qui ont secoué plusieurs villes du Soudan ces derniers jours.

Le 19 décembre, des protestations provoquées par la hausse du prix du pain ont éclaté dans plusieurs régions soudanaises et se sont étendues à la capitale Khartoum les jours suivants.

Au moins 19 personnes, dont deux membres des forces de sécurité, ont été tuées, selon un bilan officiel. La plupart des manifestants ont été victimes d'”incidents liés au pillage”, selon le gouvernement.

Néanmoins l’organisation de défense des droits de l’Homme Amnesty International a fait état de 37 morts.

Dimanche, lors d’une rencontre avec de hauts responsables de la police à Khartoum, M. Béchir, habillé en uniforme de la police bleu, a déclaré: “nous voulons maintenir la sécurité et nous voulons que la police le fasse en utilisant moins la force”.

La contestation se concentre autour du prix du pain, passé mi-décembre d’une livre soudanaise (1 centime d’euro) à trois alors que le Soudan connaît un marasme économique aggravant les conditions de vie de la population.

Amputé des trois quarts de ses réserves de pétrole depuis l’indépendance du Soudan du Sud en 2011, le pays a vu l’inflation s’établir à près de 70% annuellement, tandis que la livre soudanaise plongeait face au dollar américain. Des pénuries de pain et de carburants touchent plusieurs villes.

“Nous reconnaissons que nous avons des problèmes économiques, mais ils ne peuvent pas être résolus par des destructions, des pillages et des vols”, a dit le président soudanais en référence à des bâtiments et des bureaux de son parti incendiés par les manifestants.

“Nous ne voulons pas que notre pays finisse comme d’autres pays de la région”, a ajouté M. Béchir en allusion aux révoltes dans plusieurs pays arabes qui ont provoqué parfois des guerres ces dernières années. “Nous ne permettrons pas que nos citoyens deviennent des réfugiés”.

Vendredi, le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres a demandé aux autorités soudanaises “de mener une enquête approfondie sur les morts et la violence”, et souligné la nécessité de garantir la liberté d’expression et de rassemblement pacifique”.

Les manifestations ont cessé depuis vendredi mais des militants et des groupes d’opposition ont appelé à de nouvelles protestations lundi.

Plusieurs membres des formations d’opposition avaient été arrêtés en marge des protestations.

Au-delà des revendications sociales, parmi les manifestants certains avaient réclamé aussi “la chute du régime” de M. Béchir, au pouvoir depuis 1989.

Source: AFP

  • Mivasocial Plugin de Commentaire